Rassemblement de vieilles voitures

Les véhicules anciens ont encore de beaux jours devant eux.

Le Rassemblement de voitures et motos anciennes de Breitenbach semble avoir trouvé sa place parmi les manifestations d’été dans la vallée de Villé. Troisième du nom, il a attiré la foule des grands jours malgré une météo qui ne s’annonçait pas sous les meilleurs auspices.

Propriétaires de vieilles mécaniques de toutes marques, spectateurs ravis d’admirer de près ces pièces de collection ou photographes mitraillant de petits bijoux sous tous les angles, se sont donnés rendez-vous dès 9h du matin au stade, lieu de la manifestation.
Commentaires et discussions vont bon train, spécialistes et amateurs tournant autour de quelques modèles particulièrement rares. L’occasion aussi pour les collectionneurs de se retrouver, d’évoquer les prochaines rencontres, d’échanger des tuyaux ou d’aller à la pêche aux infos. « Je cherche quelqu’un qui est doué en injection », un participant interpelle des connaissances. On lui indique une piste. D’autres ont choisi de déposer leur requête par écrit sur leur pare-brise.
Parmi les curiosités, une Swallow Doretti, une voiture culte des années 70 à 90 de fabrication anglaise.

Swallow Doretti

Swallow Doretti

Arnaud, son propriétaire venu de Strasbourg, tout heureux de partager sa passion, a amené toute sa documentation et connaît les moindres détails allant du constructeur jusqu’à l’origine du nom en passant bien sûr par chaque pièce. « 276 exemplaires ont été construits au milieu des années 50. J’ai eu du mal à la trouver. A force de persévérance, au bout de 10 ans, j’y suis arrivé et là, je la savoure! » Anne-Sophie, son épouse ajoute « Elle a été lavée ce matin, comme avant chaque sortie ». Autre rareté, une Hotchkiss, voiture française avec le volant à droite. Gérard précise « Quand je l’ai achetée, il y a 25 ans, moins d’une dizaine étaient recensées en France ».

Hotchkiss

Hotchkiss

Pendant ce temps, la queue s’allonge devant le stand des inscriptions. Mais on prend son mal en patience. L’ambiance est relax. « C’est ce que nous voulons préserver » explique Hubert, l’un des organisateurs. Son collègue renchérit: « Ce qui étonne les gens, c’est qu’ici, on ne paie pas d’inscription. Même la plaque-souvenir est remise gratuitement. » Au final, 220 véhicules, tous engins confondus, participeront à la parade sur les routes de la vallée et du vignoble.
Parade qui s’ébranle à grand renfort de coups de klaxon et de pétarades parmi les odeurs de carburant qui flottent autour des aires de départ. Car il faut régler la circulation, les engins démarrent de plusieurs directions mais tout en douceur. Jean-Jacques Wehrung, en grand connaisseur, commente les caractéristiques des modèles. Opel Manta, R11 Turbo, Citroën Visa et autres youngtimers ,Traction des années 50, Dauphine, Dyna Panhard, 403, Simca Ariane, Alpine, Porsche, une surprenante Marlin, voiture britannique qui compte moins de 500 exemplaires dans le monde, 4 CV, 2 roues dont les pilotes portent casque et costume d’époque, Oldmobile, Chevrolet Camaro, Monza ou Corvette datant de 1975, 202 cabriolet rutilante…

Belles Américaines

Belles Américaines

Sarap et Buffalo invitées d’honneur

Sarap et Buffalo invitées d’honneur

 

Les 2CV sont aussi de sortie avec les Vespa.

En début d’après-midi, d’autres chevaux, des vrais, ont présenté un spectacle équestre fort apprécié. Les cavalières des Voltaîcs ont fait frissonner le public.

Les organisateurs prévoient de reconduire la manifestation en 2017, année qui marquera les 50 ans des SARAP, ces voitures qui ont vu le jour à Breitenbach et dont l’histoire a été retracée ce dimanche sous forme de diaporama.

2CV et Vespa

2CV et Vespa

Voltaïcs

Voltaïcs

Cet article a été publié mardi, 26 juillet 2016

Déplier/Replier Laisser un commentaire

Les commentaires sont modérés avant de figurer sur le site.

Mention légale - Flux RSS - Propulsé par WordPress