Raid Breitenbach- Kasava: il était une fois…

Le groupe de téméraires qui avaient entrepris de relier Breitenbach à Kasava, en ex-Tchécoslovaquie s’est retrouvé un quart de siècle plus tard au caveau de la mairie pour se remémorer les péripéties de cette expédition vécue en relais vélo et course à pied.

Pourquoi Kasava? Parce que Maruska et sa famille, originaires de ce bourg de Tchécoslovaquie, fuyant le régime politique de l’époque, s’étaient installés à Breitenbach, dans l’ancien moulin. Quelques années après, les frontières se sont ouvertes, ils ont pu aller et venir librement dans leur ancienne patrie. La municipalité breitenbachoise a alors noué des contacts avec le village tchèque, d’où l’idée de renforcer ces liens de manière originale.
André Kammerer et son frère Rémi avaient fait un premier voyage en vélo en 1991. Au sein du Club des Jeunes existait une section VTT. Il n’en fallait pas plus pour que naisse ce qu’il était courant d’appeler une « Schnapsidee »: remettre ça avec des jeunes!
A vrai dire, André et Evelyne, son épouse, les organisateurs, n’avaient pas vraiment la mémoire des dates. Mais un reportage sur les relations de Breitenbach avec d’autres communes, paru dans les DNA le 26 août 2017, jour anniversaire de leur arrivée à Kasava, leur a mis la puce à l’oreille. « C’était un signe! » affirme André. « Il fallait fêter ça! »

Raid Breitenbach-Kasava.3jpg
Revenons donc 25 ans en arrière. Pour ouvrir la route et assurer la logistique, une camionnette de location, 2 voitures et une remorque (qui servait aussi de sèche-linge), 5 personnes titulaires du permis, 15 jeunes et moins jeunes motivés (le plus petit, Jérémie, avait 7 ans), un itinéraire de 1283km à parcourir en longeant en partie le Danube et…pas de portable, mais des talkies-walkies prêtés par les pompiers. Le départ de Breitenbach avait été donné par un attaché de l’Ambassade tchèque de Strasbourg. L’aventure allait se dérouler sans anicroches. Relais en continu tous les 5 à 10km (avec bâton témoin!) par 8 coureurs et 7 cyclistes, recherche d’un abri pour la nuit par les automobilistes de service (ferme, campings, hôtels), passage par Donaueschingen, Ulm, Ingolstadt, Regensburg, Passau, Linz, accompagnés par Christelle Spielmann des DNA Sélestat,…puis arrivée à la frontière entre l’Autriche et la Tchéchoslovaquie à Breclav, où les attendait une délégation de Kasava. Le lendemain, nos héros furent reçus à l’hôtel de ville de Zlin, la ville la plus proche et eurent même droit à un reportage à la télé locale.
Symboliquement, un groupe de jeunes tchèques accomplit la fin du parcours durant 2 jours à côté des Alsaciens. Là,un couac! Ils arrivent trop tôt à Kasava où un accueil en grande pompe est prévu! Les musiciens étant encore à leur travail, il fallut attendre pour vivre ce moment « digne du Tour de France » rappelle André.Raid Breitenbach-Kasava 2
Rejoints par quelques habitants de Breitenbach, les aventuriers ont passé quelques journées dans les familles tchèques avant le retour au bercail, en voiture, cette fois!

Des amitiés ont subsisté, des jeunes Tchèques ont séjourné à Breitenbach pour parfaire leur français.
L’on évoqua tous ces souvenirs dans la bonne humeur, comme ces rédactions quotidiennes écrites par les plus jeunes au soir de chaque étape et conservées précieusement par leurs auteurs!

Lucienne FAHRLAENDER

Raid Breitenbach-Kasava 1

Raid Breitenbach-Kasava

Cet article a été publié mardi, 5 décembre 2017

Déplier/Replier Laisser un commentaire

Les commentaires sont modérés avant de figurer sur le site.

Mention légale - Flux RSS - Propulsé par WordPress