Gérer la forêt privée

foret

Le ban de Breitenbach abrite 220 ha de forêts privées, répartis entre près de 340 propriétaires. « Bois et Forêts », groupement de sylviculteurs du Bas-Rhin, leur proposait récemment une réunion d’information au caveau de la mairie, réunion animée par Marc Debus, technicien et Thibault Letondal, conseiller forestier au sein de la Chambre d’Agriculture.

D’emblée, Marc Debus précise qu’il ne s’agit pas d’un remembrement, mais de conseils à donner et qu’il n’y aura aucune procédure obligatoire. Le groupement, créé en 1967, est une structure associative dépendant de la Chambre d’Agriculture de la Région Alsace (CARA), et qui a une mission d’information, d’aide à la gestion, d’amélioration du foncier et de mise en oeuvre de projets concertés. Les adhérents bénéficient de visites et de conseils gratuits, ainsi que de journées de formation. La Chambre d’Agriculture est en soutien pour des actions prioritaires, la Région Alsace et le Conseil Général sont des partenaires financiers importants, auxquels un bilan est soumis chaque année.

Le morcellement des parcelles génère des difficultés d’accès, d’entretien, de récolte et des coûts d’exploitation plus élevés. Une parcelle étroite est souvent condamnée, elle se dégrade et les bois dépérissent. D’où la mise en place par « Bois et Forêts » d’une bourse foncière forestière qui favorise l’information entre acheteurs et vendeurs de parcelles boisées ou à boiser. Les acheteurs peuvent bénéficier d’une prime versée par la Région Alsace.

L’aménagement de dessertes forestières est encore sous l’égide de l’Etat, de la Région et de l’Europe, faisant ainsi suite au Grenelle Environnement. La desserte est importante: un accès facile rend le débardage et les travaux plus aisés, diminue les frais d’exploitation et constitue une plus-value sur la parcelle en cas de vente. Après 3 projets réalisés, un 4ème est en cours à Fouchy : réalisation de 6,400 km de routes pour les grumiers et 6,300 km de pistes de débardage.

Les réunions d’information sur le terrain avec des techniciens forestiers, au rythme d’une dizaine par an, outre leur visée d’information, sont l’occasion de partager des expériences.

Pour améliorer le peuplement, l’association met en oeuvre 3 dispositifs:

  • La visite-conseil avec un forestier confirmé pour un diagnostic et des conseils personnalisés.
  • Les chantiers concertés qui visent à regrouper les propriétaires voisins immédiats pour réaliser une opération d’éclaircie tous en même temps, d’où moyens mis en commun, réduction des coûts et regroupement des grumes.
  • Les plans d’actions sylvicoles afin d’engager une gestion durable pour tous. « Et si on éclaircissait toutes les forêts privées pour avoir des arbres sains et de qualité »? Marc Debus étaye son propos en expliquant que 400m3 de bois fournissent un an de travail dans la filière bois pour une personne et donne un aperçu de la tendance marché des feuillus.

« La vallée a du potentiel bois, mais souvent, c’est du bois qui dort ».

Un projet de chantier test est prévu l’hiver prochain dans une parcelle non gérée par l’ONF de la forêt communale.

Lucienne Fahrlaender

Cet article a été publié jeudi, 17 juillet 2014

1 commentaire pour “Gérer la forêt privée”

  1. Jean-Louis Boehler, le 13 août 2014

    Lors de la réunion d’information, j’ai posé une question concernant l’assurance liée à l’adhésion à Bois et Forêts. J’attends encore la réponse, notamment en ce qui concerne les cas de vols de bois – de plus en plus fréquents – ou les feux de forêt.

Déplier/Replier Laisser un commentaire

Les commentaires sont modérés avant de figurer sur le site.

Mention légale - Flux RSS - Propulsé par WordPress