Chasseur d’images

Breit dans la brume
Déclic, le chien Jack Russel de Pierre Klotz est à l’origine de sa passion pour la photo. En le photographiant, il a eu le déclic et depuis, beaucoup d’autres déclics se sont succédé.

Avec un père féru d’aviculture, la passion pour les animaux était inscrite dans ses gènes. Tous deux traquent le renard, mais pour des raisons différentes !


« J’aime me balader dans la nature. Au début, je sortais une fois par mois, maintenant, c’est 2 à 3 fois par semaine, je ne lâche plus ! »


Bien qu’habitant maintenant Andlau, son secteur de prédilection reste Breitenbach et sa forêt. Il photographie tous les animaux, aussi bien les oiseaux que les « 4 pattes », appréciant aussi les paysages, surtout en automne où les couleurs sont plus jolies, la plaine quelquefois noyée dans la brume, les levers et couchers de soleil durent plus longtemps qu’en d’autres saisons.


« Il faut réapprendre à connaître la forêt, se faire accepter par les chasseurs, les gardes-chasses, tous n’ont pas le même seuil de tolérance. Les cueilleurs de champignons, les vététistes connaissent les mêmes problèmes ».

Pierre
Pierre n’a jamais visité de parc animalier, il aime voir évoluer les animaux dans leur milieu naturel et connaît peu à peu les habitudes des hôtes de la forêt locale. Il sait aussi que l’odeur de l’homme met une heure à se dissiper. « Les animaux sortent de préférence à la tombée de la nuit ou très tôt le matin. Il s’agit d’être patient, de ne pas avoir la tête remplie de problèmes et surtout accepter de ne rien “voir” pendant des heures. Il y a une grosse part de facteur chance ! Je peux rentrer sans la moindre photo durant toute une semaine. ». Pour être moins visible, Pierre a acquis une tente d’affût « qu’il faut bien cacher ». Car il affirme que la planque permet de faire les plus belles photos, l’animal n’est alors pas stressé. Quand celui-ci regarde l’objectif, c’est que « l’intrus » a été repéré « A ce moment, on a l’impression de partager un moment de sa vie ».


Parmi ses modèles préférés, Pierre cite le cerf, majestueux et impressionnant, le renard, car il n’a pas une belle vie, les renardeaux, magnifiques, et le blaireau.


Les oiseaux et rapaces, faucon, buse, épervier, même le vautour, très discret, sont aussi dans son viseur. Depuis peu, il s’essaye aux grenouilles, aux papillons, aux fleurs… »Il faut s’ouvrir pour améliorer sa technique ».


C’est une passion coûteuse ! Outre un matériel de qualité, l’amateur doit s’équiper en habits de camouflage, chaussures, jumelles. Pierre photographie pour son plaisir, mais il lui est déjà arrivé d’exposer. « C’est bien pour l’ego » avoue-t-il.


Et cet amoureux de nature conclut : « Je joue à Call of Duty, mais sans armes. Je suis un chasseur, mais quand j’appuie sur une touche, ça ne fait pas mal ! »

Texte : Lucienne Fahrlaender



facebook:https://www.facebook.com/pierreklotz44

https://www.flickr.com/photos/pierrotpassion/

Cet article a été publié vendredi, 6 mars 2015

Déplier/Replier Laisser un commentaire

Les commentaires sont modérés avant de figurer sur le site.

Mention légale - Flux RSS - Propulsé par WordPress